23 novembre 2011

CONFiTURE DE CITRON JAUNE ET CITRON VERT VITPRIS

L’art d’accommoder les restes de citrons. J’ai fait ces deux pots de confiture avec les deux petites coupelles que j’avais remplies de tranches de citron jaune et citron vert alternées posées sur mon buffet du brunch de dimanche. Du plus bel effet, cette décoration montrée par Milos, un jeune homme ami, très doué pour les présentations. Du coup, ces coupelles trop belles pour être détruites, personne n’y a touché. Et comme rien ne se perd, tout se transforme…

CONFITURES DE CITRONS JAUNE ET VERT

CONFITURE DE CITRON JAUNE ET CITRON VERT VITPRIS

• 2 gros citrons jaunes • 2 citrons verts • 1 sachet de Vitpris • 250 g d’eau • 500 g de sucre • 1/3 de bâton de vanille

– Laver et couper les citrons en tranches. Les faire bouillir 15 minutes dans un peu d’eau prélevée sur les 250 g.

– Mélanger 2 cuillerées à soupe de sucre prélevées sur les 500 g de sucre avec 1 sachet de Vitpris. Saupoudrer les tranches de citrons, ajouter la vanille et faire bouillir pendant 3 minutes.

– Ajouter l’eau restante et le sucre restant et faire bouillir 3 minutes.

– Verser dans des pots ébouillantés secs et les fermer. La confiture peut mettre quelques jours pour prendre.

 


BORTSCH OSEILLE OU BETTERAVE

Après le bortsch à la russe, au chou et à la viande, je vous donne ici deux autres recettes typiques de la culture culinaire juive, le bortsch à l’oseille et le bortsch à la betterave. Faites de peu et, bien qu’issues de pratiques ancestrales, elles sont un exemple de la légèreté exigée aujourd’hui, et je dirais même plus, si je m’appelais Dupond(t), de modernité.

Le principe du bortsch, qu’il soit à l’oseille ou à la betterave, est une soupe de légumes très fraîche, simple comme bonjour, à laquelle on ajoute des pommes de terre entières et de la crème aigre, remplacée le plus souvent, pour en simplifier la recherche, d’une crème fraîche mélangée à du jus de citron.

Je connais, depuis trente ans, dans le jardin de mes amis Caty et Jean-François, un petit carré, que dis-je, un plant de 60 cm sur 20, caché parmi les herbes où je sais trouver de l’oseille. Elle ne demande rien à personne mais elle est fidèle. Et moi, sauvage aussi, je l’ai souvent sacrifiée en l’accommodant en omelette le dimanche soir, de retour de week-end, ou en bortsch, grand nettoyeur d’intestins devant l’éternel, malmenés qu’ils ont été durant deux jours.

BORTSCH OSEILLE

BORTSCH À L’OSEILLE

• 1 botte d’oseille • 4 pommes de terre • 1 morceau de sucre • 1 cuillerée à soupe de jus de citron • 1 petit pot de crème fraîche • sel

• Laver et ciseler l’oreille. Laver et éplucher les pommes de terre.

– Plonger l’oseille dans l’eau bouillante (1,5l) salée en ajoutant un morceau de sucre et les pommes de terre entières. Laisser cuire 30 minutes.

Servir avec la crème battue au jus de citron. Peut se déguster froid, l’été de préférence.

BORTSCH À LA BETTERAVE

bortsch-ou-soupe-a-la-betterave

BORTSCH À LA BETTERAVE

• 300 g de betteraves crues • 1 côte de céleri • 4 pommes de terre • 1 oignon • 1,5 l de bouillon de poulet maison • 1 petit pot de crème fraîche • huile neutre • sel et poivre

– Laver, éplucher et couper la betterave en dés. Laver et éplucher les pommes de terre. Laver et détailler le céleri, éplucher et émincer l’oignon.

– Faire revenir dans une grande casserole ou faitout les légumes détaillés et les pommes de terre entières. Verser le bouillon, sel et poivre. Laisser cuire après ébullition pendant 30 minutes.

Servir avec la crème fraîche battue au jus de citron.