Ashkénase et sépharade, faites votre choix... ou pas !

13 avril 2014

STRUDEL AUX POMMES, NOIX, RAISINS SECS

Aujourd'hui je vous propose un grand gâteau classique de la cuisine juive : le strudel aux pommes, noix et raisins secs. Je ne me suis pas encore lancée dans la confection de la pâte à strudel, non pas par manque de désir, mais de temps ! Et je dois dire que, confectionné avec la pâte feuilletée du commerce, c’est autre chose, mais c’est diablement bon aussi !

Le strudel de la paix 

STRUDEL POMMES RAISINS NOIXSTRUDEL AUX POMMES, NOIX, RAISINS SECS

• 1 pâte feuilletée, 100 g de beurre • 4 cuillerées à soupe de cassonade • 5 pommes fraîches et acidulées • 10 noix • 50 g de raisins secs • 50 g d’amandes pilées • 40 g de chapelure fine • 2 bouchons de rhum • sucre glace

– Mettre les raisins secs à tremper dans le rhum.

– Eplucher et couper les pommes en petits cubes. Les faire fondre à la poêle, sur feu doux, avec 20 g de beurre et les parsemer de la cassonade. Bien enrober et laisser cuire une dizaine de minutes.

– Préchauffer le four à 190°.

– Faire fondre le reste de beurre. Etaler la pâte sur sa feuille de papier silicone dans le plat du four. Badigeonner avec la moitié du beurre fondu.

– Disposer les pommes au centre de la pâte à 5 centimètres du bord. Parsemer les cerneaux de noix brisés, les raisons secs et le rhum, les amandes pilées et la chapelure.

– Enrouler la pâte, ouverture au-dessus, en soulevant le papier sulfurisé, et replier les côtés pour les fermer. Arroser du reste de beurre fondu. Mettre au four pour 45 minutes

– En cas de bronzage intensif, placer une feuille de papier alu.

– A la fin de la cuisson, saupoudrer de sucre glace et servir tiède ou froid, accompagné, ou pas, de crème anglaise, d’une boule de glace vanille ou d’un peu de chantilly.

 

 

Posté par MK30 à 15:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


22 janvier 2014

STRUDEL AU PAVOT BLEU

Un autre gâteau de mon enfance, le strudel au pavot d'Europe centrale, cuisine juive, que j’inaugure aujourd’hui. Mon souvenir est si prégnant que j’ai parfois l’inquiétude de réaliser les recettes familiales et retarde le moment de leur réalisation. Peut-être par crainte de ne pas être à la hauteur des dons culinaires des femmes de ma famille. Le paquet de graines de pavot bleu trônait depuis six mois dans mon placard… Et bien, le strudel est fait et bien réussi ! Il n’y a, par ailleurs, aucune difficulté à trouver le pavot bleu dans toutes les bonnes épiceries et supermarchés. 

Est-ce que mon originalité, pour ne pas dire ma folie douce tiennent au fait que j’ai été élevée au pavot et aux cornichons au sel ? Qui lo sa ?

 

GÂTEAU AU PAVOT 1

STRUDEL AU PAVOT BLEU

Pour la pâte

200 g de farine • 75 g de beurre • 2 œufs • 1 cuillerée à soupe de sucre • 1 pincée de sel •  100 g de yaourt ou de crème semi-liquide

Pour la farce

100 g de graines de pavot bleu • 90 g de sucre• 25 ml de lait • 1 œuf • 1 cuillerée à soupe de jus de citron • 15 g de beurre fondu

– La veille, ébouillanter le pavot et le laisser 2 heures dans l'eau chaude à gonfler. L’égoutter dans une étamine en pressant bien et poser dans une passoire.

– Le jour dit, préparer la pâte : verser la farine avec le sucre et le sel dans un saladier, creuser un puits et ajouter le jaune d’un œuf et le beurre coupé en petits dés. Réserver le blanc d’œuf.

– Sabler la pâte du bout des doigts puis ajouter le yaourt. Former une boule et laisser reposer 1/2 heure au réfrigérateur.

–  Verser le pavot, le sucre et le lait dans une casserole, faire chauffer le mélange jusqu'à ce que le sucre soit dissout. Laisser refroidir puis ajouter 1 jaune d’œuf, le beurre fondu et le jus de citron. Réserver le blanc d’œuf.

– Battre les 2 blancs d’œufs en neige et les incorporez délicatement à la préparation à l’aide d’une fourchette, en remontant le fond vers le dessus.

– Préchauffer le four à 180°C. Séparer la pâte en 2/3-1/3, abaisser la pâte sur 5 mm d'épaisseur.

– Tapisser le fond d’un moule carré beurré, d’environ 18 cm, avec la plus grande pâte en recouvrant les bords. Garnir de la farce au pavot puis poser la seconde abaisse sur le dessus. Souder les bords. Délayer le jaune d’œuf battu restant dans 1 cuillerée à soupe d'eau et dorer le gâteau au pinceau. 

GÂTEAU AU PAVOT 2

– Enfourner et cuire 15 minutes à 180°C,  puis baisser le four à 160°C et continuer la cuisson pendant 30 minutes. 

Deux possibilités : incorporer à la farce quelques raisins secs gonflés auparavant dans de l’eau ou du rhum tiède, et 3 cuillerées à soupe de confiture d'abricot.

Vous pouvez aussi strier régulièrement le gâteau avant cuisson, avec un couteau pointu, de façon à marquer le futur découpage.

 

 

05 janvier 2014

DINER JUIF D'ANNIVERSAIRE À L’ÎLE DE RÉ

ILE DE RÉ 2014

La mer est démontée, il faut la remonter... (D'après Raymond Devos)

Passés les réveillons, j’ai dû éprouver un peu plus ma résistance digestive lors d’un dîner d’anniversaire, organisé pour les 58 ans de mon cousin Philippe, chez son père Lucien. Ce dîner a réveillé non seulement les papilles mais surtout les souvenirs des repas familiaux chez Rose, notre mère et grand-mère.

Je note qu’il n’y a aucun problème d’approvisionnement alimentaire dans les superettes de l’île de Ré. Les deux seules industries y sont d’ailleurs dédiées. Il n’en est pas de même des besoins médicaux. Rien, il n’y a personne, les gardes prévues et affichées à Saint-Martin ne sont pas assurées. Devant la porte, un bébé avec 40 de fièvre. A l’hôpital de La Rochelle, la plus proche ville, à tout de même 25 kilomètres aller, les urgences sont bien entendu débordées, avec 4 heures d’attente. Qu’attendez-vous, médecins pleurant misère, pour vous installer à Ré ?

Revenons à l’objet de ce billet, le repas de cuisine juive (10 fruits et légumes), dans lequel s’est glissée une recette plus internationale que juive. Trouvez l’erreur !

 

DÎNER JUIF D'ANNIVERSAIRE À L’ÎLE DE RÉ

– la salade de betteraves, avec la sauce de « TRUCS ET ASTUCES », une vinaigrette au goût de noix sans noix ; 

salade-betterave

– les champignons à la grecque ; 

CHAMPIGNONS A LA GRECQUE

 

– Le klops, ou pain de viande, entouré de tomates cerises et de belles échalottes confites, et de gros cornichons en saumure ;

pain_viande_oignons

 

 

 

 

 

– Les latkès, galettes de pomme de terre ; 

matafans

 

– le gâteau au fromage blanc, recette de ma mère Dora, léger et parfumé à l’armagnac. Une protestation : il n’est plus possible de trouver un fromage blanc à 40% de matière grasse. La cuisine sans gras et la pâtisserie sans sucre sont les deux mamelles du ratage assuré ! J’ai donc ajouter une bonne quantité de crème fraîche à la recette initiale.

GÂTEAU FROMAGE BLANC DORA

 

 

 

29 décembre 2011

UN REPAS YIDDISH

Tout d’abord, nous allons confectionner des pâtes fraîches grillées, les ferfels qui accompagneront le plat de résistance. Dans le cas de la cuisine juive, plutôt roborative, nous ne savons pas si c’est nous qui résistons à l’adversité et essayons de tenir jusqu’au repas suivant ou si c’est la viande qui nous résiste…  Mon grand-père Max qui était boucher disait, en parlant de sa viande : « Elle est ferme, mais elle est bonne ». Depuis sa disparition, je ne peux manger de viande molle, comme le filet de bœuf par exemple ! Oy a broch !

Nous préparerons ensuite un bouillon de poule, avec poireaux, carottes, navets oignon et céleri en branche, que nous servirons avec l’un des accompagnements possibles : les kneidlers, boulette de farine de pain azyme (sans levain), vendue dans toutes les bonnes épiceries orientales, pain de shabbèss, de paisser (ou pessa’h), de fêtes en général, les kreplers, raviolis à la viande de bœuf, et une association gros haricots blancs et riz dont mon grand-père Schlome qui était tailleur pour dames raffolait et appelait d'un terme générique "bouillon lochen". Qui est, en réalité un bouillon avec des pâtes fraîches en forme de tagliatelles.

KREPLERS

Les kreplers

Nous continuerons le repas avec des boulettes de viande hachée accompagnées des fameux ferfels, arrosés de la sauce de la viande, telles que ma mère Dora les servait le jeudi midi, jour de repos scolaire, de mon temps (que les moins de vingt dents ne peuvent pas connaître).

Et, pour finir, goûtons un bubbele, dont la recette est ci-dessous, galette de farine de pain azyme, saupoudrée de sucre, bien entendu, et qui, à un autre moment du repas, aurait pu être servie salée.

Je vous décris là un dîner que ma grand-mère Razzle aurait pu servir. « Quequ’chousse legeï », comme disait mon grand-père… Et pour commencer, une petite tartine de gakte leibe ou foies de poulet hachés.

Si vous arrivez à bouger, après ce repas, faites-moi part de quelle manière, j'essaierais aussi ! Shalom.


BUBBELE
GALETTE DE FARINE DE PAIN AZYME

• 6 cuillerées à soupe de farine de pain azyme • 6 œufs (1 par personne) • 2 cuillerées à soupe de sucre en poudre • 1 cuillerée à soupe d’huile • sel • 30 g de beurre

– Travailler les jaunes d’œufs avec le sucre. Ajouter l’huile et la farine.

– Monter les blanc en neige avec une pincée de sel. Incorporer au mélange.

– Faire fondre la moitié du beurre dans une poêle et verser la pâte. Laisser dorer de chaque côté en veillant à ce que l’intérieur soit bien cuit. Ajouter le reste de beurre au moment de retourner la galette.

Servir chaud saupoudré de sucre.

 

12 novembre 2011

KROUPNIK, SOUPE D'ABATS DE POULET

Une recette de soupe de la cuisine juive qui est un repas complet. L'hiver au coin du feu...

BOULLION DE POULET

KROUPNIK, SOUPE D’ABATS DE POULET

Recette de ma mère Dora

• les pattes, le cou et le gésier d’un poulet • 3 pommes de terre • 2 poireaux • 100 g de champignons de Paris • 2 carottes • I oignon • 3 cuillers à soupe d’orge perlé • 100 g de gros haricots blancs • sel et poivre

– Faire tremper la veille les haricots à l’eau froide.

– Laver, éplucher et couper les légumes en petits morceaux. Mettre les abattis dans un grand faitout rempli d’eau froide salée.

– Quand l’eau bout, écumer. Ajouter les carottes, les poireaux, l’oignon, l’orge perlé, les haricots blancs et les champignons. Poivrer.

– Couvrir et faire cuire à feu doux pendant 1 heure. Ajouter les pommes de terre 30 minutes avant la fin de la cuisson.

Certains convives ne souhaiteront pas avoir de pattes dans leur assiette. Il est déconseillé de les forcer.

 


08 octobre 2011

GEFILTE FISCH (CARPE FARCIE)

Oui, je sais que je m’y prends un peu tard car on est en plein dans les fêtes juives. On aurait aimé cuisiner cette carpe farcie pour ces jours exceptionnels. Car c’est une recette exceptionnelle. Pour un non initié, il faut bien la goûter trois fois avant de l’apprécier à sa juste valeur sucrée-salée, comme la faisait Dora, ma mère, et Razzle, ma grand-mère paternelle !

Dans la cuisine juive, la carpe se cuisine vivante. Comment faire ? c’est simple. On est en 1972, vous prenez Have, la cousine de votre grand-mère, assez âgée, et qui est épicière rue d’Enghien à Paris (Xe) dans votre voiture, de préférence pourrie comme la mienne, et vous partez pour Rungis. Auparavant, elle vous aura téléphoné à 2 heures du matin, pour un départ à 3 heures. A Rungis, direction le pavillon de la Mer. Et là, le cirque commence. Connue comme le loup blanc, Have choisit ses carpes dans les aquariums de poissons vivants, les tâte une par une, les soupèse, au grand dam des grossistes. Moi, je suis dans mes petits souliers ! Le choix effectué, pour ses meilleures clientes du quartier, on place les carpes dans des caisses en bois bien solides, à clair-voie, donc « sans eau », et on les met dans le coffre de la voiture. Ensuite on part prendre un bon petit déjeuner dans l’un des bistrots de Rungis. Et on rentre à Paris, vers 6 heures du matin, chacun chez soi, les carpes dans l’aquarium en mosaïque dans la boutique, Mamy Have chez elle et moi, retour à la maison. Cette expédition, nous la faisions deux fois par an, pendant quelques années. Les carpes, restées deux heures en dehors de l’eau, étaient toujours vivantes. Have n’est plus, mais mon souvenir est indélébile, surtout quand elle préparait les carpes pour ses clientes, les coupait en gros tronçons à l’aide d’une hâche – le sang giclait un peu partout. Ames sensibles s’abstenir…

Un autre souvenir plus doux de Have à laquelle je pense souvent avec la plus grande admiration et affection, elle qui soignait mes maux de gorge à la sortie de l’école primaire, avec cette merveilleuse liqueur de framboises, dans son énorme récipient de verre, dont elle me prélevait un petit verre. Le lendemain j’étais guérie. Mes parents n’en ont jamais rien su ! Aujourd’hui, je fais ma liqueur de framboises, remplie de framboises comme elle, et je pense à Have en la buvant à petites gorgées. Avec le champagne des grandes occasions et malgré cette habitude de jeunesse, ce sont les seules fois où je bois de l’alcool. Quant à l’alcool de framboises, on ne peut pas dire non plus que j’en abuse : je n’ai pas terminé le ½ litre de l’année 2009 et n’en ai pas fait d’autre ! J’aime surtout l’offrir.

Suit la recette de la carpe farcie que Laurence Kerz a très bien décrite dans La cuisine de nos grands-mères juives polonaises (Editions du Rocher). Ce n’est pas parce qu’elle est cousine de mes enfants, mais elle est très sympathique et son livre aussi proche de ma réalité que possible.

 

carpe_10 

GEFILTE FISCH (CARPE FARCIE)

Pour 6/7 personnes

• 1 grosse carpe de préférence avec laitance • 2 gros oignons • 3 cuillerées à soupe de sucre • 2 œufs • 2 cuillerées à soupe de farine de pain azime (farine de matzes) • sel, poivre

Pour le court-bouillon

• 2 oignons • 3 carottes • 10 morceaux de sucre • gros sel • poivre en grain

– Avec un couteau très fin et bien aiguisé, entaillez la carpe pour la vider : retirer ouïes, intestins et bile. Réserver la laitance pour farcir les tronçons.

– Couper la carpe en tronçons à partir de la tête que l’on garde car elle a ses amateurs, surtout les yeux. Retirer la chair des tronçons délicatement pour garder la peau intacte. On ne garde que la chair de la queue. Saler les morceaux et réserver.

– Hacher la chair du poisson et les oignons. Ajouter la farine, les œufs, le sucre, saler et bien poivrer. Reformer la chair avec cette farce et la laitance, en rebouchant les espaces vides.

– Faire un court-bouillon dans un gros faitout, avec les oignons entiers, les carottes coupées en rondelles, le sel, le poivre et le sucre. Assaisonner au goût de chacun.

– A ébullition, plonger les tranches de carpe farcies sans les superposer, avec la tête. Ecumer et laisser cuire à feu moyen pendant deux heures.

– Dresser les tranches sur un plat à poisson, en garnissant avec quelques rondelles de carottes et laisser bien refroidir. Passer la sauce et la faire prendre, avec les carottes restantes, en gelée au réfrigérateur.

La carpe se sert en entrée, accompagnée de sa gelée et de raifort rose à la betterave. Sans oublier le halle, sorte de pain brioché natté, traditionnel du vendredi soir (shabat).

 

16 septembre 2011

POULE FARCIE

Les fêtes arrivent et nous allons bentôt entrer en cuisine, cuisine juive évidemment. Je vous propose trois recettes pour la KEMIA (voir rubrique "ENTRÉES"), la recette de la poule de la semaine, farcie, et la recette du boulou tunisien (voir rubrique "DESSERTS"), comme au payyyys !

POULE FARCIE

• 1 poule de deux kilos bien flambée • 6 escalopes de dinde, ou 300 g de veau haché, ou 2 gros blancs de poulet • 8 œufs • 50 g de pistaches décortiquées ou amandes • 25 g de pignons • sel, poivre • 2 pincées de noix muscade

– Désosser ou faire désosser la poule par votre boucher pour la farcir.

– Faire durcir six œufs.

– Laver la poule délicatement sans l’abimer. Hacher les escalopes de veau. Dans un saladier, mettre la viande, les pistaches, les pignons, 1 cuillierée à café de sel, 2 œufs durs écalés, 2 pincées de noix muscade râpée. Mélanger en ajoutant les 2 œufs crus.

– Ecaler les 4 oeufs durs restants. Introduire un peu de farce dans la poule, puis un œuf et recommencer.

– Quand la poule est farcie, coudre l'ouverture avec du fil de cuisine. Prendre une casserole, la remplir de deux litres d'eau salée, porter à ébullition, mettre alors la poule et la faire cuire à feu doux pendant deux heures en la retournant toutes les trente minutes.

– Chauffer le four, enduire la poule de moutarde, la faire rôtir à four chaud (Th 7) pendant vingt à trente minutes. Servir chaud ou froid.

11 septembre 2011

STRUDEL AUX CERISES

Quand on a été élevé au strudel et au keiss kuren, il en reste toujours quelque chose et pas seulement de la cellulite ! Les bienfaits de la cuisine juive...

IMG00214

STRUDEL AUX CERISES

• 1 rouleau de pâte feuilletée au beurre ou 250 g de pâte à strudel • 1 bocal de cerises dénoyautées au naturel ou au sirop ou 500 g de cerises fraîches dénoyautées et passées 10 mn au four • 150 g beurre • 100 g d'amandes en poudre • 50 g d'amandes effilées • 100 g de sucre glace • 1 zeste épais de citron

 

– Chauffer le four à 190°.
Egoutter les cerises. Faire fondre 100 g de beurre. Mélanger la moitié du beurre avec les amandes en poudre et les amandes effilées, le zeste de citron et le sucre glace. Étaler la pâte sur le papier sulfurisé, sur le plan de travail. Badigeonner des 50 g de beurre fondu restants, il en reste donc 50 g. Étaler les cerises puis la préparation au centre, en réservant un tour de 5 centimètres de marge.

– Rouler le strudel en fixant bien les bords avec le beurre. Le plier en fer à cheval et le poser avec le papier sulfurisé sur un moule à tarte ou une plaque de cuisson. Faire fondre les 50 g de beurre restants et badigeonner entièrement le strudel.
Faire cuire 45 mn au four. Saupoudrer de sucre glace et servir chaud ou froid, nature ou accompagné de crème anglaise.

 

 

Posté par MK30 à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 septembre 2011

LATKÈS (GALETTES DE POMMES DE TERRE RÂPÉES)

Voilà une recette que l'on peut trouver dans tous les pays du monde et même dans plusieurs régions de France, des roestis suisses à la crique ardéchoise, avec, bien entendu des variantes locales !

matafans

LATKÈS (GALETTES DE POMMES DE TERRE RÂPÉES)

Un classique de la cuisine juive

• 1,5 kg de pommes de terre • 3 œufs • 3 cuillères à soupe de farine • sel • huile

– Râper les pommes de terre. Les sécher avec du papier absorbant. Mélanger avec les ingrédients.

– Former des petits tas aplatis, et faire cuire à la poêle dans l’huile en les retournant. Servir bien doré.

 

TIRAMISU GLACÉ AU CAFÉ

FONDANT A L’ORANGE

CRÈME ANGLAISE

Voir mes recettes dans les "DESSERTS"

 

06 septembre 2011

CITRONS MARINÉS (BALDI)

Recette de cuisine juive.

CITRONS MARINÉS (BALDI) CITRONS MARINES BALDI

• 1 kg de citrons jaunes et juteux (au marché : provençaux ou corses, avec feuilles) • gros sel • 10 cl d’huile neutre• eau

– Laver les citrons, en garder un de côté. Couper les autres en 4 sans détacher les morceaux. Mettre 1 à 2 cuillerées de gros sel dans chaque citron. Les entasser dans un bocal de conserve avec caoutchouc. Mettre un poids (pierre plate).

– Après 4 jours, ajouter le jus du citron restant, de l’eau et l’huile, pour éviter qu’ils moisissent. Garder au frais pendant 1 mois avant usage.

A utiliser aussi bien lors de la cuisson des poissons, des volailles que dans les salades.

Posté par MK30 à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,