09 février 2013

CHEVAL TOUT VOUS DIRE

Le dégoût. Sans avoir jamais acheté de lasagnes, hachis Parmentier, moussakas et pourquoi pas boulettes cuisinées, raviolis ou autres pâtes farcies de viande, tout prêtes et surgelés des marques Findus, Picard, Carrefour, U ou autres, j’ai eu un haut-le-cœur à l’annonce de la présence avérée de viande de cheval dans ce type de produits.

Le rôti de cheval qui est le fin du fin pour certains ne me plaît pas du tout. Habitudes familiales ? imagination galopante ? proximité avec les chevaux de course ? Sûrement pour toutes ces raisons à la fois.

N’empêche que la découverte de viande de cheval dans des produits cuisinés, censés ne contenir que du bœuf, prend des allures de scandale européen. Tromperie sur la marchandise mais pas seulement. Cette affaire met au jour la route extraordinairement sineuse d’un produit, somme toute de fabrication simple, pour le bénéfice d’intermédiaires peu scrupuleux, dès lors que ça leur rapporte.

A défaut d’une traçabilité contrôlable, qu’avons-nous appris aujourd’hui sur l’étrange itinéraire de ces produits : la Roumanie (toujours pas de nom de fournisseur) fournit la viande, un trader à Chypre et un trader aux Pays-Bas interviennent pour Spangherro, filiale d’un groupe français Poujol. Quant à Comagel, la filiale d’une holding luxembourgeoise, elle semble être la société qui fabrique le produit fini fournit à Findus en Suède, distributeur sous sa marque. A quoi servent les intermédiaires ? Pour ce produit bas de gamme, la matière première, le cheval, est moins chère que le bœuf.

Aucune erreur possible

Ni un consommateur lambda et de surcroît aucun professionnel ne peuvent se tromper à la vue des deux viandes : bœuf et cheval n’ont pas la même structure, couleur, aspect. Mais il n’y a pas de petites économies sur le dos des consommateurs. Et c’est malgré tout un business suffisamment rentable pour que des intermédiaires s’infiltrent dans le système. 

LASAGNES

Prenons les lasagnes bolognaises surgelées. C’est donc un produit peu cher, ce qu’on nomme un produit d’appel dans le commerce, celui qui va aider à vendre le reste. On entre pour les lasagnes et on sort avec, en plus, un paquet de framboises hors de saison et de prix ou une glace. Vous admettrez que ces produits sont encore trop chers pour ce qu’ils sont.

Ce sont les informations du jour dont je vous parle, mais nous n’allons pas tarder à apprendre que la sauce tomate des raviolis ou de la moussaka vient de Chine, les pâtes d’un sous-sol insalubre d’Indonésie, le poivre, une quelconque poudre de perlimpinpin, le sel contient un ajout de produit blanchissant, la béchamel est cuisinée à l’eau à la place du lait, le râpé est un vague produit industriel italien sans fromage, et ainsi de suite.

Sympathique, n’est-ce pas ? Et bien, sans le savoir, ce sont les produits que vous consommez couramment.

Il n’y a pas d’autre choix que d’instaurer un contrôle des Etats et des entreprises, une traçabilité obligatoire et un boycott à la clef. Et là, je vous fais le pari que certains industriels vont disparaître. Sans regrets pour tous ceux qui participent à ce système.

Je dois dire que le mouvement de retour aux fourneaux et même au micro-ondes, avec des plats cuisinés maison, illustré par l’augmentation exponentielle du nombre de blogs culinaires, me réjouit. Et comme je ne suis pas sûre que ce scandale soit le dernier, je ne saurais trop vous encourager à cuisiner au quotidien avec, entre autres, mes recettes faciles à réaliser. Vous trouverez sur ce blog :

– les lasagnes aux fruits de mer ;

– Les keftas au fromage et pamplemousse ;

– Les keftas à la tomate à la libanaise ;

– le hachis Parmentier ;

– les boulettes de viande.

Des recettes et des histoires à partager.

Je vous conseille aussi de fabriquer une bonne quantité de chaque plat, d’en congeler une partie, à déguster les jours de grande flemme !

 

DERNIERE NOUVELLE :

Encore en Angleterre, là où l'affaire Findus a été découverte, une nouvelle histoire de traçabilité : Jessica Blair, 22 ans, l'auteure connue de bluettes romantiques à succès, était en réalité Bill Spence, un vétéran de 89 ans ! On ne sait vraiment plus à qui se fier...

 

Posté par MK30 à 22:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


02 septembre 2011

KLOPS (PAIN DE VIANDE HÂCHÉE) ET DÉRIVÉS

Ou l'art d'accommoder la viande hachée. Quand vous le maîtriserez, vous pourrez faire partie du "Klops Club", ce qui donne beaucoup d'avantages... Sur la base de la farce du klops  – pain de viande – que personnellement je fais avec du bœuf et du veau, je confectionne aussi des boulettes et, en saison, les légumes d'été farcis, tomates, poivrons, courgettes, aubergines.

 

pain_viande_oignons

KLOPS ET DÉRIVÉS

On compte 100 g de viande par personne. Encore un classique de la cuisine juive

• 750 g de bœuf haché • 350 g de veau haché • 4 œufs • 4 gros oignons • 4 gousses d’ail • 50 g de farine de matzès (ou du pain trempé dans du lait) • 10 cl d’huile neutre • tomates séchées • cumin moulu • menthe séchée • un bouquet de persil • sel, poivre • 2 tomates • 2 échalotes

Klops

– Faire chauffer le four à 220°.

– Mélanger tous les ingrédients, mouiller d’huile et former un produit homogène en malaxant avec les mains. Former un pain long.

– Mettre de l’huile au fond d’un plat à four de forme ovale. Poser la viande et garnir sur les côtés de demi tomates et d’échalotes entières. Arroser d’huile.

– Enfourner pour une bonne heure. Il se forme une croûte, c’est cuit. Vérifier avec un couteau. Le klops doit être entièrement cuit. Si nécessaire remettre au four à 180° pour ¼ d’heure en surveillant.

Boulettes

– Avec les mêmes ingrédients, former des boulettes aplaties en vous mouillant légèrement les mains,et les faire cuire à la poêle dans moitié huile, moitié beurre, pendant une vingtaine de minutes en les retournant de temps en temps. Vérifier la cuisson qui doit être complète.

Les deux plats se mangent chauds et les restes froids, avec de gros cornichons salés à la juive. Servir avec des ferfels (pâtes fraîches grillées) ou une purée de pommes de terre.

 

 

LEGUMES FARCIS

 

LEGUMES D’ETE FARCIS

Même farce que le klops mais compter 70 g de viande par personne

• 400 g de farce de klops avec 250 g de bœuf et 150 g de veau • 2 grosses tomates à farcir (marmande) • 2 courgettes • 1 aubergine • 1 poivron • 2 échalotes • huile d’olive • sel fin

Pour l'accompagnement

• 1 petit oignon • 1 cuillère à soupe de concentré de tomates • huile d'olive • sel et poivre • thym, origan, laurier • un paquet de pâtes : papillon, tortillons, spaghettis…

– Faire la farce.

– Laver les légumes, éplucher les échalotes. Prendre les tomates, couper les chapeaux, vider avec une petite cuillère, épépiner et mettre la chair de côté. Saler l’intérieur des tomates et les retourner sur une planche.

– Faire de même pour les courgettes et l’aubergine. Couper le haut du poivron, mettre de côté la partie retirée après avoir épépiné le tout. Egaliser la base sans trouer le poivron pour qu'il tienne droit, si nécessaire. Saler et retourner. Laisser s’écouler pendant 30 minutes.

IMG00353– Dans une petite cocotte saucière, mettre de l’huile d’olive à chauffer, faire fondre l’oignon, déposer toutes les chutes de légumes coupés en morceaux, ajouter le concentré de tomates, mouillé d’un petit verre d’eau, saler et poivrer, ajouter le thym, l’origan, le laurier. Laisser réduire à feu doux pendant 45 minutes.

– Chauffer le four à 200°, prendre un plat à four et l’huiler.

– Farcir les légumes, s’il reste de la farce, former une boulette. Placer le tout dans le plat, compléter avec les deux échalotes. Mettre au four pour 45 minutes.TOMATES FARCIES ET PETIT KLOPS

– Faire cuire les pâtes dans l’eau bouillante salée pendant une dizaine de minutes suivant le modèle. Les égoutter.

Servir à l’assiette : une tomate entière, une demi-courgette un morceau d’aubergine et de poivron, deux cuillères de pâtes recouvertes de sauce. Et on recommence...